Histoire

Précolonial

Diverses tribus se sont installées dans le pays de toutes parts – les Ewe du Nigeria et du Bénin, et les Mina et les Guin du Ghana. Ces trois groupes se sont installés le long de la côte. Lorsque la traite des esclaves a véritablement commencé au XVIe siècle, les Mina en ont le plus profité. Ils sont devenus des agents impitoyables des marchands d'esclaves européens et voyageaient vers le nord pour acheter des esclaves aux Kabye et à d'autres tribus du nord. Les Européens ont construit des forts au Ghana voisin (à Elmina) et au Bénin (à Ouidah), mais pas au Togo, qui n'avait pas de ports naturels. Pendant les 200 années suivantes, la région côtière a été un centre de raid majeur pour les Européens à la recherche d'esclaves, ce qui a valu au Togo et à la région environnante le nom de « Côte des esclaves ».

Dans un traité de 1884 signé à Togoville, l'Allemagne a déclaré un protectorat sur une étendue de territoire le long de la côte et a progressivement étendu son contrôle à l'intérieur des terres. Parce qu'il est devenu la seule colonie autosuffisante de l'Allemagne, le Togoland était connu comme sa possession modèle.

Mandats de la Société des Nations

Le 8 août 1914, les forces françaises et britanniques envahissent le Togoland et les forces allemandes se rendent le 26 août. En 1916, le Togoland est divisé en zones administratives française et britannique. Après la guerre, le Togoland est officiellement devenu un mandat de la Société des Nations divisé à des fins administratives entre la France et le Royaume-Uni. Après la Première Guerre mondiale, la Tchécoslovaquie nouvellement fondée s'est également intéressée à cette colonie mais cette idée n'a pas abouti.

Après la Seconde Guerre mondiale, le mandat est devenu un territoire sous tutelle de l'ONU administré par le Royaume-Uni et la France. Pendant les périodes de mandat et de tutelle, l'ouest du Togo était administré dans le cadre de la Gold Coast britannique. En décembre 1956, les résidents du Togoland britannique ont voté pour rejoindre la Gold Coast en tant que membre de la nouvelle nation indépendante du Ghana.

Togoland britannique représenté en rayures, qui a rejoint le Ghana

Par statut en 1955, le Togoland français est devenu une république autonome au sein de l'Union française, bien qu'il ait conservé son statut de tutelle de l'ONU. Une assemblée législative élue au suffrage universel des adultes avait un pouvoir considérable sur les affaires intérieures, avec un organe exécutif élu dirigé par un premier ministre responsable devant la législature. Ces changements ont été incorporés dans une constitution approuvée lors d'un référendum de 1956. Le 10 septembre 1956, Nicolas Grunitzky devient Premier ministre de la République du Togo. Cependant, en raison d'irrégularités dans le plébiscite, une élection générale non supervisée a eu lieu en 1958 et remportée par Sylvanus Olympio. Le 27 avril 1960, lors d'une transition en douceur, le Togo a rompu ses liens constitutionnels avec la France, a perdu son statut de tutelle de l'ONU et est devenu pleinement indépendant en vertu d'une constitution provisoire avec Olympio comme président.

Indépendance et agitation

Une nouvelle constitution en 1961 a établi un président exécutif, élu pour 7 ans au suffrage universel et une Assemblée nationale faible. Le président avait le pouvoir de nommer les ministres et de dissoudre l'assemblée, détenant le monopole du pouvoir exécutif. Lors des élections de cette année-là, au cours desquelles le parti de Grunitzky a été disqualifié, le parti d'Olympio a remporté 901 TP1T des voix et les 51 sièges de l'Assemblée nationale, et il est devenu le premier président élu du Togo.

Durant cette période, quatre principaux partis politiques existaient au Togo : la Juvento de gauche (mouvement de la jeunesse togolaise) ; l'Union Démocratique des Populations Togolaises (IDPT) ; le Parti Togolais du Progrès (PTP), fondé par Grunitzky mais disposant d'un soutien limité ; et l'Unité Togolaise (UT), le parti du président Olympio. Les rivalités entre les éléments de ces partis avaient commencé dès les années 1940 et elles ont atteint leur paroxysme avec la dissolution des partis d'opposition par Olympio en janvier 1962 en raison de prétendus complots contre le gouvernement du parti majoritaire. Le règne de M. Olympio a été marqué par la terreur de sa milice, les Ablode Sodjas. De nombreux membres de l'opposition, dont Grunitzky et Meatchi, ont été emprisonnés ou ont fui pour éviter d'être arrêtés.

Le 13 janvier 1963, le président Olympio est assassiné lors d'un soulèvement de sous-officiers de l'armée mécontents des conditions de leur renvoi de l'armée française. Grunitzky est revenu d'exil deux jours plus tard pour diriger un gouvernement provisoire avec le titre de Premier ministre. Le 5 mai 1963, les Togolais adoptent une nouvelle constitution qui rétablit le multipartisme, choisit des députés de tous les partis politiques pour l'Assemblée nationale et élit Grunitzky à la présidence et Antoine Meatchi à la vice-présidence. Neuf jours plus tard, le président Grunitzky a formé un gouvernement dans lequel tous les partis étaient représentés.

Au cours des années suivantes, le pouvoir du gouvernement Grunitzky est devenu précaire. Le 21 novembre 1966, une tentative de renversement de Grunitzky, inspirée principalement par des opposants politiques civils du parti UT, échoue. Grunitzky a ensuite tenté de réduire sa dépendance à l'égard de l'armée, mais le 13 janvier 1967, un coup d'État dirigé par le lieutenant-colonel Étienne Eyadéma (plus tard le général Gnassingbé Eyadéma) et Kléber Dadjo a renversé le président Grunitzky lors d'un coup d'État militaire sans effusion de sang. Les partis politiques ont été interdits et tous les processus constitutionnels suspendus. Dadjo est devenu le président du « comité de réconciliation nationale », qui a dirigé le pays jusqu'au 14 avril, date à laquelle Eyadéma a pris la présidence. Fin 1969, un parti politique national unique, le Rassemblement du peuple togolais (RPT), est créé et le président Eyadéma est élu président du parti le 29 novembre 1969. En 1972, un référendum national, auquel Eyadéma se présente sans opposition, confirme son rôle de président du pays. Le règne d'EyadémaLa troisième république

Gnassingbé Eyadéma

À la fin de 1979, Eyadéma a déclaré une troisième république et une transition vers un plus grand régime civil avec un cabinet mixte civil et militaire. Il a recueilli 99,971 TP1T des voix lors d'élections présidentielles incontestées tenues à la fin de 1979 et au début de 1980. Une nouvelle constitution prévoyait également une assemblée nationale qui servirait principalement d'organe consultatif. Eyadéma a été réélu pour un troisième mandat consécutif de 7 ans en décembre 1986 avec 99,51 TP1T des voix lors d'une élection sans contestation. Le 23 septembre 1986, un groupe d'environ 70 dissidents togolais armés est entré à Lomé depuis le Ghana dans une tentative infructueuse de renverser le gouvernement Eyadéma.

L'opposition

En 1989 et 1990, le Togo, comme de nombreux autres pays, a été touché par les vents du changement démocratique qui ont balayé l'Europe de l'Est et l'Union soviétique. Le 5 octobre 1990, le procès des étudiants qui distribuaient des tracts antigouvernementaux déclencha des émeutes à Lomé. Des manifestations antigouvernementales et de violents affrontements avec les forces de sécurité ont marqué les mois qui ont suivi. En avril 1991, le gouvernement a entamé des négociations avec des groupes d'opposition nouvellement formés et a accepté une amnistie générale qui a permis aux opposants politiques en exil de retourner au Togo. Après une grève générale et de nouvelles manifestations, le gouvernement et l'opposition ont signé un accord pour organiser un « forum national » le 12 juin 1991.

Le forum national, dominé par les opposants au président Eyadéma, s'est ouvert en juillet 1991 et s'est immédiatement déclaré « Conférence nationale » souveraine. Bien que soumise à un harcèlement sévère de la part du gouvernement, la conférence a rédigé une constitution provisoire appelant à un régime de transition d'un an chargé d'organiser des élections libres pour un nouveau gouvernement. La conférence a choisi Joseph Kokou Koffigoh, avocat et chef d'un groupe de défense des droits de l'homme, comme Premier ministre de transition, mais a conservé le président Eyadéma comme chef de l'État pour la transition, bien qu'avec des pouvoirs limités.

Une épreuve de volonté entre le président et ses opposants s'ensuit au cours des 3 années suivantes au cours desquelles le président Eyadéma prend progressivement le dessus. Une paralysie politique fréquente et des violences intermittentes ont marqué cette période. Suite à un vote de la législature de transition (Conseil supérieur de la République) pour dissoudre le parti politique du président, le RPT, en novembre 1991, l'armée a attaqué le bureau du Premier ministre le 3 décembre et capturé le Premier ministre. Koffigoh a ensuite formé un deuxième gouvernement de transition en janvier 1992 avec une participation substantielle de ministres du parti présidentiel. Le chef de l'opposition Gilchrist Olympio, fils du président assassiné Sylvanus Olympio, a été pris en embuscade et grièvement blessé apparemment par des soldats le 5 mai 1992.

En juillet et août 1992, une commission composée de représentants du président et de l'opposition a négocié un nouvel accord politique. Le 27 septembre, le public a approuvé à une écrasante majorité le texte d'une nouvelle constitution démocratique, inaugurant officiellement la quatrième république du Togo.

Législature impuissante et violence politique

Le processus démocratique a été retardé en octobre 1991, lorsque des éléments de l'armée ont pris en otage l'Assemblée législative intérimaire pendant 24 heures. Cela a effectivement mis fin à la législature intérimaire. En représailles, le 16 novembre, les partis politiques d'opposition et les syndicats ont déclaré une grève générale destinée à contraindre le président Eyadéma à accepter des conditions satisfaisantes pour les élections. La grève générale a en grande partie fermé Lomé pendant des mois et a causé de graves dommages à l'économie.

En janvier 1993, le président Eyadéma a déclaré la transition terminée et a reconduit Koffigoh au poste de Premier ministre sous l'autorité d'Eyadéma. Cela a déclenché des manifestations publiques et, le 25 janvier, des membres des forces de sécurité ont tiré sur des manifestants pacifiques, tuant au moins 19 personnes. Dans les jours qui ont suivi, plusieurs membres des forces de sécurité ont été attaqués et blessés ou tués par des opposants civils. Le 30 janvier 1993, des éléments de l'armée se sont déchaînés pendant 8 heures dans tout Lomé, tirant sans discernement et tuant au moins 12 personnes. Cet incident a provoqué la fuite de plus de 300 000 Togolais de Lomé vers le Bénin, le Ghana ou l'intérieur du Togo. Bien que la plupart soient rentrés au début de 1996, certains restent encore à l'étranger.

Le 25 mars 1993, des commandos dissidents togolais armés basés au Ghana attaquent le principal camp militaire de Lomé et tentent en vain de tuer le président Eyadéma. Cependant, ils ont infligé des pertes importantes, ce qui a déclenché des représailles meurtrières de la part des militaires contre des soldats soupçonnés d'être associés aux assaillants.

Négocier avec l'opposition

Sous d'importantes pressions nationales et étrangères et le poids de la grève générale, la faction présidentielle a entamé des négociations avec l'opposition au début de 1993. Quatre séries de pourparlers ont abouti à l'accord de Ouagadougou du 11 juillet fixant les conditions des prochaines élections présidentielles et législatives et mettant fin aux élections législatives. grève à partir du 3 août 1993. Les élections présidentielles ont été fixées au 25 août, mais des préparatifs techniques précipités et inadéquats, des inquiétudes concernant la fraude et le manque d'organisation efficace de la campagne par l'opposition ont conduit les principaux candidats de l'opposition - ancien ministre et Organisation de l'Afrique Le secrétaire général de l'Unité, Edem Kodjo, et l'avocat Yawovi Agboyibo, d'abandonner la course avant le jour des élections et d'appeler au boycott. Le président Eyadéma a remporté les élections par 96,421 TP1T contre une opposition symbolique. Environ 36% des votants se sont rendus aux urnes ; les autres boycottèrent.

Des dissidents armés basés au Ghana ont lancé une nouvelle attaque commando contre des sites militaires à Lomé en janvier 1994. Le président Eyadéma n'a pas été blessé, et l'attaque et la réaction subséquente des forces armées togolaises ont fait des centaines de morts, principalement des civils. Le gouvernement a organisé des élections législatives les 6 et 20 février 1994. Lors de scrutins généralement libres et équitables, comme en témoignent les observateurs internationaux, les partis d'opposition alliés UTD et CAR ont remporté ensemble une courte majorité à l'Assemblée nationale.

Edem Kodjo nommé Premier ministre

Le 22 avril, le président Eyadéma a nommé Edem Kodjo, chef du plus petit parti d'opposition, l'UTD, au poste de Premier ministre à la place de Yawovi Agboyibo, dont le parti centrafricain avait beaucoup plus de sièges. L'acceptation par Kodjo du poste de Premier ministre a poussé la RCA à rompre l'alliance de l'opposition et à refuser de rejoindre le gouvernement Kodjo.
Image:Edem Kodjo et Jacques Chirac.jpg
L'homme politique togolais Edem Kodjo (à gauche) et le président français Jacques Chirac en 1995.

Kodjo a ensuite été contraint de former une coalition gouvernementale avec le RPT. Le gouvernement de Kodjo a mis l'accent sur la reprise économique, la construction d'institutions démocratiques et l'état de droit et le retour des réfugiés togolais à l'étranger. Au début de 1995, le gouvernement a progressé lentement vers ses objectifs, aidé par la décision de la RCA en août 1995 de mettre fin à un boycott de 9 mois de l'Assemblée nationale. Cependant, Kodjo a été contraint de remanier son gouvernement fin 1995, renforçant la représentation du parti RPT d'Eyadéma, et il a démissionné en août 1996. Depuis lors, Eyadéma a réapparu avec une emprise sûre sur le pouvoir, contrôlant la plupart des aspects du gouvernement.

Lors de l'élection présidentielle de juin 1998, le gouvernement a empêché les citoyens d'exercer effectivement leur droit de vote. Le ministère de l'Intérieur a déclaré Eyadéma vainqueur avec 521 TP1T des voix aux élections de 1998 ; cependant, de sérieuses irrégularités dans la conduite des élections par le gouvernement ont fortement favorisé le président sortant et semblent avoir sensiblement affecté le résultat. Bien que le gouvernement n'ait pas ouvertement entravé le fonctionnement des opposants politiques, le président a utilisé la force de l'armée et de ses alliés gouvernementaux pour intimider et harceler les citoyens et les groupes d'opposition. Le gouvernement et l'État sont restés très centralisés : le gouvernement national du président Eyadéma nommait les fonctionnaires et contrôlait les budgets de toutes les entités gouvernementales infranationales, y compris les préfectures et les municipalités, et influençait la sélection des chefs traditionnels.

Élections à l'Assemblée nationale

Les deuxièmes élections législatives multipartites des 33 ans de règne d'Eyadéma ont eu lieu le 21 mars 1999. Cependant, l'opposition a boycotté les élections, au cours desquelles le parti au pouvoir a remporté 79 des 81 sièges de l'Assemblée nationale. Ces deux sièges sont allés à des candidats de partis indépendants peu connus. Des problèmes de procédure et d'importantes fraudes, en particulier une fausse représentation de la participation électorale, ont entaché les élections législatives.

Eyadema s'adresse au Sommet du Millénaire des Nations Unies à New York en 2000.

Après les élections législatives, le gouvernement a annoncé qu'il poursuivrait le dialogue avec l'opposition. En juin 1999, le RPT et les partis d'opposition se sont réunis à Paris, en présence de facilitateurs représentant la France, l'Allemagne, l'Union européenne et la Francophonie (une organisation internationale de pays francophones), pour convenir de mesures de sécurité pour les négociations formelles en Lomé. En juillet 1999, le gouvernement et l'opposition ont entamé des discussions et, le 29 juillet 1999, toutes les parties ont signé un accord appelé « Accord-cadre de Lomé », qui comprenait un engagement du président Eyadéma qu'il respecterait la constitution et ne briguerait pas un autre mandat. en tant que président après l'expiration de son mandat actuel en 2003. L'accord prévoyait également la négociation d'un statut juridique pour les dirigeants de l'opposition, ainsi que pour les anciens chefs d'État (comme leur immunité contre les poursuites pour les actes en cours). En outre, l'accord portait sur les droits et devoirs des partis politiques et des médias, le retour en toute sécurité des réfugiés et la sécurité de tous les citoyens. L'accord contenait également une disposition visant à indemniser les victimes de violence politique. Le président a également accepté de dissoudre l'Assemblée nationale en mars et d'organiser de nouvelles élections législatives, qui seraient supervisées par une commission électorale nationale indépendante (CENI) et qui utiliseraient la méthode du scrutin unique pour se protéger contre certains des abus des élections passées. Cependant, la date de mars 2000 est passée sans action présidentielle et de nouvelles élections législatives ont finalement été reportées à octobre 2001. En raison de problèmes de financement et de désaccords entre le gouvernement et l'opposition, les élections ont de nouveau été reportées, cette fois jusqu'en mars 2002.

En mai 2002, le gouvernement a supprimé la CENI, accusant l'opposition de son incapacité à fonctionner. A sa place, le gouvernement a nommé sept magistrats pour superviser les préparatifs des élections législatives. Sans surprise, l'opposition a annoncé qu'elle les boycotterait. Tenu en octobre, à la suite du boycott de l'opposition, le parti gouvernemental a remporté plus des deux tiers des sièges à l'Assemblée nationale. En décembre 2002, le gouvernement d'Eyadéma a utilisé ce parlement d'approbation pour amender la constitution du Togo, permettant au président Eyadéma de briguer un nombre « illimité » de mandats. Un autre amendement stipulait que les candidats devaient résider dans le pays pendant au moins 12 mois avant une élection, une disposition qui interdisait la participation à la prochaine élection présidentielle du candidat populaire de l'Union des Forces du Progrès (UFC), Gilchrist Olympio, qui avait été en exil depuis 1992. L'élection présidentielle a eu lieu le 1er juin. Le président Eyadéma a été réélu avec 57% des voix, au milieu d'allégations de fraude électorale généralisée.

Mort d'Eyadéma et ascension de Gnassingbé

Faure Gnassingbé

Le président Eyadéma est décédé le 5 février 2005 alors qu'il était à bord d'un avion en route vers la France pour le traitement d'une crise cardiaque. Son fils Faure Gnassingbé, ancien ministre des travaux publics, des mines et des télécommunications du pays, a été nommé président par l'armée togolaise à la suite de l'annonce du décès de son père. Cependant, sous la pression internationale de l'Union africaine et des Nations Unies, qui ont tous deux dénoncé le transfert de pouvoir de père en fils comme un coup d'État, Gnassingbé a été contraint de démissionner le 25 février 2005, peu après avoir accepté l'investiture pour se présenter aux élections de Avril. Le vice-président Bonfoh Abbass a été nommé président par intérim jusqu'à l'investiture du vainqueur des élections du 24 avril. Quant aux résultats officiels, le vainqueur de l'élection était Gnassingbé qui a recueilli 60% des voix. Le leader de l'opposition Emmanuel Bob-Akitani a cependant contesté l'élection et s'est déclaré vainqueur avec 70% des voix. Après l'annonce des résultats, les tensions ont éclaté et à ce jour, 100 personnes ont été tuées. Le 3 mai 2005, Gnassingbé a prêté serment et s'est engagé à se concentrer sur « la promotion du développement, du bien commun, de la paix et de l'unité nationale ».

En août 2006, le président Gnassingbé et des membres de l'opposition ont signé l'Accord politique global (AMP), mettant fin à la crise politique déclenchée par la mort de Gnassingbé Eyadema en février 2005 et le processus électoral vicieux et violent qui a suivi. Le GPA prévoyait un gouvernement d'unité de transition dont l'objectif principal serait de préparer les élections législatives de référence, initialement prévues pour le 24 juin 2007. Le chef du parti d'opposition centrafricain et avocat des droits de l'homme Yawovi Agboyibo a été nommé Premier ministre du gouvernement de transition en septembre 2006. Léopold Gnininvi, président du parti CDPA, a été nommé ministre d'État aux mines et à l'énergie. Le troisième parti d'opposition, l'UFC, dirigé par Gilchrist Olympio, a refusé de rejoindre le gouvernement, mais a accepté de participer à la commission électorale nationale et au comité de suivi du dialogue national, présidés par le président burkinabé Blaise Compaoré.

Des élections législatives doivent avoir lieu le 14 octobre 2007 et M. Olympio, revenu d'exil pour faire campagne, y participe pour la première fois depuis 17 ans. Plus de 3 000 observateurs nationaux et internationaux surveillent le scrutin.